200 de juin 1


Rédacteur : François Bari
Photos : François Bari, Philippe Le Coz
 
Juin, le meilleur mois pour faire du vélo: des journées à rallonge, une météo et température encore pas trop caniculaires.
 
Samedi 5 juin a donc eu lieu le premier 200 km de l'année, organisé par Philippe. Au menu du jour, un tour qui commence très classiquement dans la vallée de Chevreuse, qui se poursuit dans la région voisine, et qui termine par les Yvelines.
 
Départ donné à 7 heures du matin, avec 8 courageux, en les personnes de Philippe, Malo, Frédéric, Tom, Stéphane, Pascal, Antoine et moi-même. Le soleil se cache, ce qui est plutôt une bonne nouvelle, ça évite la cuisson prématurée…
 
Direction les Molières, c'est un trajet que tout le monde maîtrise dorénavant, après l'avoir fait tout le covid. A noter un retour au stand pour Philippe, qui casse un rayon à Fontenay-aux-Roses. Le groupe se donne rendez-vous aux Molières, que Philippe rejoindra très rapidement, grâce au remorquage exceptionnel d'Antoine, surentraîné de tous les tours de Longchamps ! Malheureusement Antoine nous quitte sur le chemin (pas pour aller à Longchamps, cette fois), pour rentrer plus tôt.
 
Les 7 mercenaires restants sont maintenant en région Centre, c'est le moment de la seconde panne mécanique de la sortie : la roue de Stéphane s'est fissurée sur la piste de freinage. Ça sera donc une fin de manche pour lui, qui nous quitte à Maintenon.
 
Maintenon, connu pour son aqueduc inachevé, initié par Louis XIV, censé alimenter en eau le château de Versailles, un jour, peut-être. Et sa gare SNCF, très pratique pour rejoindre Paris en cas de pépin.
 
L'heure de déjeuner arrive, au bout de 90 km. Pour cela une charmante boulangerie de Villiers-Le-Morthier nous approvisionne en sandwiches jambon-beurre-fromage, pâtisseries et sodas.
 
6 cyclistes restants (taille de groupe approuvée par le Ministère), on longe l'Eure jusqu'au kilomètre 102, ainsi commence la seconde partie du périple.
 
Seconde partie qui se passe à la fraîche, dans la forêt domaniale de Rambouillet. Le groupe avance à un bon rythme, le paysage redevient plus urbanisé… Un bout de départementale plus tard, un passage secret nous ramène à Dampierre-En-Yvelines,
le fameux moment où l'on se dit "tiens, je connais ici ! C'est bon, c'est fini"... mais qui arrive au kilomètre 160, reste donc bien 2 heures de selle.
 
La fin du parcours est très classique, pour les habitués du dimanche matin (dont je ne fais pas encore partie, j'oublie le nom des côtes, merci Google): côte des 17 tournants, de Port Royal, de l'Homme mort.
 
206 km, entre 1400 et 1500m de dénivelé positif (selon à qui on demande), une vitesse moyenne de plus de 23 km/h: près de 8h50 de vélo… les 6 comparses se quittent sur ces entrefaites, vers 18h.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Commentaire sur “200 de juin