Le Clan des Sept en Ardèche 2


Texte : Christopher Gérard

Cette semaine de montagne n’en était pas une puisque nous étions dans l’Ardèche, en bordure de la Drôme, du Gard et de la Lozère. Départements que nous avons traversés plusieurs fois cette semaine, voire plusieurs fois par jour !

Enfin c’est ce que je me suis entendu dire à mon retour, parce que la montagne ce sont les Alpes du nord, les Pyrénées et bien sur l’Himalaya. Ça tout le monde le sait…

Sauf que là ça monte et ça descend tout le temps, même pour rentrer du village le plus proche (Les Vans à 9 km), il fallait encore faire 200 m de dénivelé pour atteindre notre joli gîte logé au sommet d’une « petite » montagne avec quelques virages à 10 %, 11% et +. Bref le retour était mérité.

Nous étions 7, un peu comme dans un western de John Sturges en compagnie de Yul (pour la coupe de cheveux), Charles et sa bienveillante épouse Claudine, Rosenda, Steve, Robert et James…L’équipe sur leurs fidèles destriers a décidé de s’attaquer à de sérieux dénivelés quotidiens avec discipline et respect des règles ancestrales, enfin presque toute l’équipe. Une équipe entièrement vaccinée dans tous les cas.

Le premier jour fut marqué par un évènement cévenol en plein déjeuner. Une véritable tornade de vent, pluie et grêle vient renverser dans un brouhaha d’enfer toutes les bouteilles et les verres des tables. Pendant que les clients ébahis battaient en retraite à l’intérieur où la panique alternait avec l’incompréhension, voire de l’indifférence pour les locaux apparemment habitués à ces évènements.

Cela promettait, on allait voir du pays.

Et ce fut le cas tous les jours de la semaine entre 90 et 120 km par jour avec entre 1500 m et plus de 2000 m dénivelé quotidien. Sauf le premier jour qui fut considéré comme journée de mise en jambe avec près de 1000 m de dénivelé.

Il y eu des moments épiques et des paysages plus somptueux les uns que les autres avec les gorges de l’Ardèche, d’innombrables vallées, rivières et barrages. En finale il y eu la montée du Mont de la Barque pour les plus téméraires.

C’était juste magnifique avec des locaux d’une gentillesse, bienveillance et patience sans égales. Tous les jours, à l’heure du déjeuner nous nous sommes arrêtés pour casser la croute dans des restaurants aussi bons que différents les uns des autres.

A part le premier jour, la météo fut plutôt clémente et agréable pendant l’ensemble du séjour, ce n’était pas gagné à l’avance.

Naturellement il y a eu deux niveaux. Le premier mené par Philippe, Marianne , Stéphane et Thierry accompagnés par Claudine, le second composé de Pascal et moi-même.

Claudine a loué un VAE de qualité (un Moustache) et a pu pleinement profiter de toutes les escapades. Avec malheureusement une chute qui a entamé un coude et qui a nécessité de passer par la pharmacie, bien qu’ayant laissé des traces, ce fut sans grande gravité apparente.

A noter aussi aucune panne ou crevaison pendant l’ensemble du séjour. Sauf qu’un seul vélo est tombé « tout seul » au moins 4 fois, le magnifique nouveau vélo de Stéphane avec sa laque noire piano. On pourra dire qu’il aura été baptisé ou que c’est une variante de la loi de Murphy.

J’étais au minimum du standard physique cette année où j’ai à peine eu le temps de faire 2 ou 3 sorties de 100 km pour un total de moins de 2500 km. Et ce n’est pas pour autant que je n’y ai pas pris de plaisir et que de fait, de jour en jour, j’allais de mieux en mieux.

Mais les anciens vous le diront pour profiter d’un séjour à la montagne il faut plutôt 4000 km et quelques sorties de 200 km au compteur. Oui et non… Oui pour concourir dans la catégorie du premier groupe, non pas nécessairement pour passer du bon temps et viser une mise en forme tardive de cette saison plus qu’autre chose…Après une année bien chargée et pénible pour nous tous.

Une magnifique piscine municipale venait de rouvrir non loin de là. Avec des lignes de nage dédiées, un centre de remise en forme et spa. J’y suis bien allé 3 fois dans la semaine et j’ai aussi sondé un cours de yoga lunaire aux Vans….Franchement des moments géniaux et tout aussi inoubliables que nos jolies escapades cyclistes, cela m’a permis de monter en niveau de manière assez complète et progressive malgré tout. 

On a eu quelques discussions sur le sujet, était-ce un crime de lèse-majesté cyclo-montagnard ? Ou une manière aussi de profiter de sa semaine de vacances ?

D’ailleurs si l’on souhaite que l’on soit plus nombreux dans le futur avec plus de jeunes et des actifs aux semaines chargées, ne faut-il pas réfléchir à laisser tomber le camping (des purs et durs), le gite 3 épis (déjà pour les plus mous du genou) pour imaginer investir un VVF , VTF ou autre entité du même genre ?

Il pourrait aussi y avoir d’autres activités potentielles pour les « athlètes » ou autres conjoints ?

Bon d’un autre côté certains ont fait valoir que le CRM ce n’était pas le Club Med non plus.

Le gite et sa magnifique terrasse avec une vue à 280° sur les vallées environnantes a été le lieu de nombreuses discussions autour de quelques apéros et soupers.

Tout comme le dîner de fin de séjour dans un endroit tout aussi idyllique qui nous a permis de conclure une super semaine organisée à la perfection par notre Président.

Un rapide passage au sympathique marché des Vans pour ramener à la maison des (délicieuses) huitres de Bouzigue et 7 heures plus tard nous étions de nouveau à Montrouge.

Dimanche 20 juin : Randonnée raccourcie à cause du risque d'orage. Montée jusqu'au village de Brahic
Lundi 21 juin : Les gorges de l'Ardèche
Mardi 22 juin : la montagne ardéchoise
Mercredi 23 juin : Les Cévennes gardoises et lozériennes (Génolhac et Villefort)
Jeudi 24 juin : La région des gorges de l'Ardèche (Lablachère, Joyeuse, Ruoms, Labeaume, Vallon-Pont d'Arc et le bois de Païolive)
Vendredi 25 juin : Montselgues, Pied-de-Borne, Villefort et le Mas de la Barque pour finir en beauté

Répondre à Christine Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 commentaires sur “Le Clan des Sept en Ardèche

  • Christine

    Bravo au Clan des Sept ! (c’était aussi les héros d’un livre de la bibliothèque verte, je me souviens, il y a quelques décennies, et il leur arrivait toujours des tas de mésaventures…). Evidemment, en regardant ces magnifiques photos, on hésite entre rosir (de plaisir) et verdir (de jalousie) tant il est vrai que le ciel ardéchois (pour en rester au chapitre des couleurs) n’a rien à voir avec la grisaille pleurnicharde (et froide) qu’on a eu ici dans la même période. Reste à espérer, comme dit Christopher, qu’on sera plus nombreux à pouvoir s’associer à la sortie dans les années à venir.

  • EDMOND GANDRILLON

    Bonjour à tous, merci à Christopher pour ce CR détaillé et si agréable à lire.
    Si tout va bien, l’an prochain j’espère faire partie du groupe.
    A Versailles, à l’ACV, l’ambiance est très bonne et les parcours du dimanche et du mercredi parfaitement organisés.
    Passez un bel été ! Edmond